À la rédaction de Newsline, on regarde quelques (beaucoup de) séries. De temps en temps, on se souvient de celles qui nous ont marqués, souvent à cause de leur fin. On en a fait une liste (non exhaustive) et voici le résultat de nos débats (passionnés).

Californication

CALIFORNICATION-SERIES

Fin idéale : saison 4. Pourquoi ? Regarder Hank et Karen jouer au chat et à la souris pendant sept saisons, ça devient prévisible (ils finissent ensemble à la fin). La série s’enferme dans les clichés et laisse peu d’options pour que les personnages évoluent. On regrette : la Porsche 911, noire et poussiéreuse que conduit Hank sous le soleil brûlant de la Californie.

Nip/Tuck

NIPTUCK-SERIES

Fin idéale : saison 3. Pourquoi ? La série met tout le temps en scène ses personnages dans des situations complètement tarées : bistouri + scènes pas censurées à gogo. Cela marchait bien au début mais ensuite non. Après la grosse intrigue centrée sur « le Découpeur » (saison 3), la série tourne en rond et la relation ambiguë entre Sean, Christian et Julia ne suscite plus l’intérêt. On regrette : les scènes de boucherie chirurgie esthétique, en détail et sans tabou, qui ont fait de cette série un phénomène au moment de sa sortie.

Gossip Girl

GOSSIPGIRL-SERIES

Fin idéale : saison 3. Pourquoi ? Parce que Gossip Girl, cette blogueuse bitchy et inconnue qui balance tous les secrets des lycéens huppés de l’Upper East Side n’a plus d’intérêt une fois que tous les personnages ont quitté le lycée. À partir de la saison 4, les intrigues partent dans tous les sens mais se règlent à la vitesse de la lumière. Les histoires d’amour deviennent trop compliquées et on ne comprend même plus pourquoi les personnages restent amis. Parce qu’ils n’en n’ont pas d’autres maybe ? On regrette : Les serre-têtes de Blair (et toute sa garde-robe ), les chocolats Godiva, les guest stars (Lady Gaga, Cyndi Lauper, Lou Doillon, Clémence Poésy, Hillary Duff, entre autres),  le loft de Rufus à Brooklyn, (mais pas les yeux-de-panda-charbonneux de Jenny en pleine crise d’ado). Bref, un univers comme Josh Schwartz sait bien les créer.

Sex & the City

SEXANDTHECITY-SERIES

Fin idéale : après le 1er film. Pourquoi ? Parce que le deuxième film est un prétexte à faire de la publicité pendant deux heures pour des grandes marques. Mais la série ne pouvait pas s’arrêter après la saison 6 qui finit sur un happy end de princesse que les vrai(e)s New-Yorkais(es) savent impossible. On regrette : son placard mythique qu’on a tou(te)s voulu(e)s avoir entre notre chambre et notre salle de bain.

Friends

FRIENDS-SERIES

Fin idéale : après la saison 9. Pourquoi ? Parce que la saison 10 était la dernière saison et qu’on ne voulait pas que ça se termine. Parce que pendant la saison 10, l’histoire entre Rachel et Joey est un peu trop WTF. Mais plus précisément, ça aurait pu s’arrêter à l’avant-dernier épisode de la saison 9 pour ne pas (pré)voir le n’importe quoi des relations amoureuses qui se profilaient. On regrette : l’appartement de Monica au loyer contrôlé dans lequel on entrait comme dans un moulin en passant par le frigo pour avoir une boisson gratos.

Angel

ANGEL-SERIES

Fin idéale : dès le premier épisode. Pourquoi ? Une pâle copie de Buffy contre les vampires, Angel n’en valait pas le coup. Durant toute la série, on voit apparaître régulièrement des personnages de Buffy, preuve qu’il manquait constamment quelque chose. On regrette : le regard attendrissant de chien battu / BG de David Boréanaz.

 

TO BE CONTINUED…