Depuis ce jeudi, l’humanité creuse sa dette écologique. En huit mois, nous avons épuisé les ressources renouvellables de la planète. Le « jour du dépassement », calculé chaque année par l’organisation non gouvernementale Global Footprint Network, arrive de plus en plus tôt dans l’année.

13 août 2015. Cette date, toute symbolique, signe le moment où notre empreinte écologique dépasse la biocapacité de la Terre. Cela signifie qu’en 225 jours, nous avons utilisé l’ensemble des ressources naturelles que la planète est capable de produire en un an et que la Terre n’est plus en mesure d’absorber les déchets que nous engendrons.

jour-du-depassement
En vert est représenté la durée en laquelle nous consommons l’équivalent d’une Terre. Au delà, notre empreinte écologique dépasse les capacités de régénération de la planète. Source : GLOBAL FOOTPRINT NETWORK

Depuis les années 70, l’humanité vit à crédit et chaque année, ce moment symbolique de basculement arrive de façon plus précoce. Il faut dire que la croissance démographique mondiale est un facteur, mais à l’approche du sommet du climat à Paris, l’ONG souligne que 85 % de la biocapacité de la Terre serait nécessaire pour absorber les gaz à effet de serre que nous émettons. D’où leurs deux pronostics pour 2030 : si nous ne changeons pas nos comportements, en 2030, le jour de dépassement aura lieu le 28 juin a; si nous réduisons nos émissions de gaz à effet de serre de 30 %, il n’arrivera que le 16 septembre.