Ben Affleck et Matt Damon promettent un film sur la face américaine du Fifagate, ce scandale de corruption qui frappe la Fédération internationale des associations de football. Leur personnage principal est Chuck Blazer, ancien membre du comité exécutif devenu, sous la menace de poursuites pour évasion fiscale, la taupe de la police judiciaire américaine, avant d’être suspendu à vie de la Fifa, le 9 juillet dernier. Si Newsline était réalisateur de films à succès, voilà à quoi ressemblerait notre film sur le Fifagate. Déroulé des faits (réels) et inspirations cinématographiques.

« Gros sous et ballon rond », c’est l’histoire de la grande enquête, menée par les États-Unis, la Suisse et la Fifa (on y croit), qui révéla au grand jour le scandale du Fifagate conduisant  à la démission de l’impitoyable président Sepp Blatter et (peut-être) de l’ensemble de ses membres.

Les Hommes du président, film de 1976 réalisé par Alan J. Pakula
Les Hommes du président, film de 1976 réalisé par Alan J. Pakula COPYRIGHT : CAPTURE D’ÉCRAN YOUTUBE

Le scénario

Les journalistes du Sunday Times sont les premiers à évoquer des affaires de corruption au sein de la Fédération internationale des associations de football : des officiels auraient demandé des sommes d’argent en échange de leur vote pour l’attribution de la Coupe du Monde 2018.

Les soupçons s’accumulent : achat de vote, blanchiment d’argent, enrichissement personnel, etc. Même Jérôme Valcke, secrétaire général de la Fifa affirme, dans un mail qui fuite, que le Qatar (et précisément Mohammed Bin Hammam) a acheté des voix.
Certains membres du comité exécutif sont suspendus, d’autres choisissent de démissionner, notamment le vice-président Jack Warner en juin 2011, qui aurait reçu, on le découvre 3 ans plus tard, 1,43 million d’euros d’une entreprise détenue par le Qatari Mohammed Bin Hammam.

Les Incorruptibles, film de 1987 réalisé par Brian De Palma.
Les Incorruptibles, film de 1987 réalisé par Brian De Palma. COPYRIGHT : CAPTURE D’ÉCRAN ALLOCINÉ

Les affaires de corruption prennent alors une autre dimension : les autorités américaines ouvrent une enquête en mars 2014, car des sommes auraient transité par des banques américaines. Un an plus tard, c’est la Suisse qui ouvre une enquête pour « blanchiment d’argent et gestion déloyale » autour des attributions des Coupes du Monde 2018 (Russie) et 2022 (Qatar).

Les rebondissements se multiplient à l’approche de l’été 2015. Le 27 mai 2015, 14 personnes dont 9 membres ou anciens membres de la Fifa sont mises en cause par la justice américaine pour « pots-de-vin et des commissions du début des années 90 à ce jour de plusieurs millions de dollars ».

A la demande du procureur général américain Loretta Lynch, 7 d’entre eux sont arrêtés au siège de la Fifa à Zurich. La Suisse en profite pour saisir des documents électroniques. 6 jours après, Jérôme Valcke, secrétaire général de la Fifa est soupçonné d’être impliqué dans le virement de 10 millions de dollars sur des comptes gérés par Jack Warner. #larroseurarrosé

Le Parrain, film de 1972 réalisé par Francis Ford Coppola.
Le Parrain, film de 1972 réalisé par Francis Ford Coppola. CC : DOMAINE PUBLIC

Sepp Blatter, le président de la Fifa, présente sa démission bien qu’il reste en poste en attendant l’élection prévue le 26 février 2016 et propose même des réformes. Ce Suisse âgé de 79 ans, président de la Fifa depuis 1998, surnommé « le parrain » par le magazine So Foot va-t-il être mis en cause ?

Parfois la réalité dépasse la fiction…

Le casting de rêve

casting-fifagate-fictif