Tony Abbott, le Premier ministre australien espérait peut-être faire sensation ce mardi en annonçant que le pays réduirait de 26 % ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2025. Raté ! L’Australie reste un très mauvais élève de la lutte contre le changement climatique et le discours du conservateur ne trompe pas.

À l’approche du sommet pour le climat qui se tiendra à Paris fin novembre, le gouvernement australien a tenté de se faire bien voir de ses partenaires internationaux. Moins 26 % d’ici à 2030 par rapport aux émissions de 2005. La promesse du conservateur pouvait paraître ambitieuse, peut-être espérait-il les mêmes compliments que ceux adressés à Barack Obama qui, début août, promettait de réduire de 32 % les émissions américaines d’ici 2030 par rapport au niveau de 2005.
Dommage, le charme de celui qui s’est longtemps dit sceptique par rapport au rôle de l’homme dans le changement climatique, qui défend coûte que coûte l’économie minière de son pays, qui a supprimé la taxe carbone mise en place par le gouvernement précédent et qui a également revu à la baisse les objectifs en termes d’énergies renouvelables, n’a pas suffi.

Tout au long de l’année, l’actualité semble pourtant rappeler aux Australiens que le changement climatique va avoir de graves conséquences pour leur pays : les cyclones, les inondations, mais aussi les sécheresses, les feux de forêt, les vagues de chaleur frappent chaque année plus durement le pays. En 2013, de nouvelles couleurs avaient même été ajoutées aux cartes météorologiques pour les températures extrêmes devenant familières.

Certes, l’Australie n’est que le 13e plus gros pollueur dans le monde, loin derrière la Chine, qui au total émet près de 17 fois plus de CO2. Mais rapporté au nombre d’habitants, l’Australie arrive en tête : un Australien pollue ainsi 3,5 fois plus qu’un Chinois.

L'Australie est le 13ème pays le plus pollueur au monde avec  de millions de tonnes de CO2 émises en 2014.
L’Australie est le 13ème pays le plus pollueur au monde avec 648 millions de tonnes de CO2 émises en 2014.

 

GRAPH02-AUSTRALIEPOLLUTION
Mais rapporté au nombre d’habitants, l’Australie est le pays le plus pollueur de la planète avec 28,5 tonnes de CO2 émises par personne en 2014.

Le think tank Climate Change Authority est chargé de conseiller le gouvernement quant aux politiques environnementales à adopter. Ces chercheurs avaient en effet proposé au gouvernement de fixer comme objectif une réduction, d’ici 2030, de 45 à 65 % des émissions de gaz à effet de serre par rapport à 2005.

“Ces objectifs sont nettement insuffisants s’agissant de protéger les Australiens des impacts du changement climatique et ne représentent pas une contribution juste aux efforts internationaux pour contrôler la situation”, a dit Tim Flannery, de l’institut indépendant Climate Council.

Sans cela, l’Australie ne contribuerait pas à l’effort international nécessaire pour limiter l’augmentation de la température globale à 2° C. Avec ses 26 à 28 %, Tony Abbott est donc bien loin de l’effort indispensable d’après les scientifiques et également en dessous de ce à quoi s’engagent la plupart des pays développés.

GRAPH03-AUSTRALIEPOLLUTION
L’objectif de réduction de ses émissions que s’est fixé l’Australie est en dessous de celui de la plupart des autres pays développés.

Seul le Japon partage un objectif similaire : la catastrophe de Fukushima avait forcé le gouvernement nippon à se tourner vers les centrales thermiques, mais le retour du nucléaire est engagé, comme nous l’expliquions dans un autre article.