Aujourd’hui nous sommes le mardi 25 août 2015 et c’est aussi la commémoration des 71 ans de la Libération de Paris. Le 25 août 1825, c’est aussi le jour où l’Uruguay a proclamé son indépendance vis-à-vis du Brésil. Vous le voyez le lien ? Nous oui. Lieux, dates, faits, personnes, conflits, naissances et inventions, on vous emmène faire un voyage dans le temps pour lier deux évènements séparés par les siècles, mais qui partagent le même jour. Nom de Zeus Marty !

1825

L’Uruguay déclare son indépendance vis-à-vis du Brésil et souhaite rejoindre l’Argentine dans le but de former une fédération régionale. Cette décision déclenche une nouvelle guerre, opposant le Brésil à l’Argentine, alliée de l’Uruguay, qui prend fin trois ans plus tard, avec le traité de Montevideo.

lien

Le traité de Montevideo officialise la création de la République orientale de l’Uruguay. Un important médiateur ayant permis la signature de ce traité le 27 août 1828 est le britannique Lord John Ponsonby.

lien

Homme politique et diplomate britannique, Lord John Ponsonby est envoyé par la suite en 1830 en Belgique. Sa mission est liée à la candidature du prince Léopold Georges Christian Frédéric de Saxe-Cobourg-Saalfeld au trône belge. Il reste à Bruxelles jusqu’à l’élection de ce dernier le 4 juin 1831, qui devient alors Léopold Ier de Belgique.

lien

Veuf, le roi doit pouvoir assurer une succession dynastique légitime. L’indépendance de la Belgique n’étant alors pas encore assurée, le choix de la première reine des Belges doit être réfléchi. Léopold Ier se tourne vers la France afin de resserrer les liens et épouse Louise d’Orléans, fille du roi des Français Louis-Philippe Ier, le 9 août 1832.

lien

Le roi Louis-Philippe Ier choisit pour sa fille huit témoins de mariage prestigieux. Un neuvième, le duc de Mortemart, a décliné la proposition, étant l’ambassadeur à Saint-Pétersbourg depuis 1830 et choisissant de ne pas quitter son poste.

lien

Le XIXe siècle est un siècle d’épanouissement d’abord culturel, puis scientifique et technique pour la ville russe. Grâce la fin du servage en 1861, le nombre de Saint-Pétersbourgeois croît alors d’années en années, et l’intelligentsia se réunit dans des cercles littéraires et publie dictionnaires et revues. Parmi les principales revues figure Le Contemporain, fondée par Alexandre Pouchkine en 1836.

lien

D’abord revue trimestrielle politico-littéraire, Le Contemporain devient, surtout après la guerre de Crimée, démocrate et révolutionnaire, à contre-courant de l’idéologie officielle impériale.

lien

La guerre de Crimée (1853-1856) est un conflit opposant l’Empire russe à une coalition européenne. Déclenchée à cause de l’expansionnisme russe, la guerre se déroule essentiellement en Crimée autour de la base navale de Sébastopol. Défaits, les Russes ne peuvent conserver de flotte en mer Noire et de bases sur ses côtes. La fin du conflit est assurée par le traité de Paris, signé le 30 mars 1856.

lien

La même année naît l’un des ingénieurs les plus inventifs de la fin du XIXe et du début du XXe siècle dans le domaine de l’électricité : Nikola Tesla. Il cumule plus de 300 brevets et un total de 125 inventions, certaines d’entres elles ayant d’ailleurs été attribuées à tort à Thomas Edison. Il est un des pionniers du courant alternatif, opposé au courant continu d’Edison.

lien

Apportant de considérables avantages par le transport et la distribution de l’électricité, le courant alternatif a été imposé sur l’ensemble du territoire des États-Unis grâce à l’industriel George Westinghouse, collaborateur de Nikola Tesla.

lien

Décédé le 12 mars 1914 à l’âge de 67 ans et vétéran de la guerre de Sécession, George Westinghouse a été enterré au cimetière national d’Arlington.

lien

Ce cimetière comptabilise près de 290 000 tombes sur un terrain de 2,53 km2. Des anciens combattants de nombreuses guerres américains y reposent, de la guerre d’indépendance aux conflits du XXIe siècle en Irak ou Afghanistan, en passant par la guerre de Sécession, les deux guerres mondiales, la guerre de Corée et la guerre du Vietnam. Une des tombes les plus célèbres du cimetière est celle de John Fitzgeral Kennedy.

lien

Le prédécesseur du 35e président des États-Unis était le président républicain Dwight D. Einsenhower, le même Dwight D. Eisenhower qui était dès 1942 commandant en chef des forces américaines en Europe lors de la Seconde Guerre mondiale. Face à l’opiniâtreté du général De Gaulle qui défend la souveraineté politique de la France, Einsenhower renonce à la mise en place du gouverment militaire allié des territoires occupés en France et autorise la 2e division blindée du général Leclerc à entrer dans Paris en août 1944.

lien

Du 19 au 25 août 1944, l’action conjugué des résistants, des soldats du général Leclerc et de la 4division américain aboutit à la Libération de Paris.

lien

Aujourd’hui, les 71 ans de la Libération de Paris sont commémorés lors d’une cérémonie organisée par la Mairie de Paris. Si vous n’avez rien de prévu ce soir, vous pouvez vous y rendre et soit vous remémorer les paroles du général De Gaulle (« Paris outragé ! Paris brisé ! Paris martyrisé ! Mais Paris libéré ! ») soit penser à l’Uruguay. Ou les deux, car l’un n’empêche pas l’autre.

2015