Jusqu’alors limitée à l’Irak, l’intervention française contre l’organisation terroriste État islamique (EI), s’étend depuis ce mardi à la Syrie, comme l’a annoncé François Hollande lors de la 6e conférence de presse du président de la République. Pour le moment, seuls des vols de reconnaissance pour récolter des renseignements sont prévus.

dates1

A la demande de l’Irak qui espère un « soutien aérien » dans la lutte contre le groupe EI, la France rejoint la coalition anti-djihadiste menée par les Américains et débute les vols de reconnaissance en Irak. François Hollande affirme, à ce moment là, que « nous n’irons pas au-delà, il n’y aura pas de troupes au sol et nous n’interviendrons qu’en Irak » et non en Syrie, contrairement aux États-Unis.
Les Américains sont, en effet, impliqués en Irak depuis le 8 août 2014, bombardant des positions des jihadistes qui menacent le Kurdistan irakien et des milliers de chrétiens et Yazidis. En septembre 2014, ils étendent leur action à la Syrie.

ligne

dates2

Après avoir conduit des missions de reconnaissance au-dessus de l’Irak pour identifier les cibles potentielles, les chasseurs français, basés à Al-Dhafra, aux Émirats arabes unis (EAU), lancent leurs premiers raids contre des positions du groupe dans le nord de l’Irak. L’opération est baptisée « Chammal« , du nom d’un vent du nord-ouest de ce pays.

ligne

dates3

Les forces de la coalition, dont les forces françaises, frappent et détruisent un centre d’entraînement de l’EI dans la région de Kirkouk (nord). C’est la première participation des forces françaises à un raid de masse (état-major).

ligne

dates4

Bien que les actions de la coalition aient une efficacité trop limitée, François Hollande refuse encore d’étendre les frappes à la Syrie :

Nous ne pouvons pas intervenir si ça peut être un facteur favorable ou pour le régime pour continuer à massacrer sa population (…) ou pour laisser une place à des groupes qui veulent en fait notre perte

ligne

dates5

La France engage dans les opérations de la coalition son porte-avions Charles-de-Gaulle, qui achève sa mission deux mois plus tard.

ligne

dates6

François Hollande annonce pour la première fois des « vols de reconnaissance » de l’aviation française dès le lendemain au dessus de la Syrie, « pour permettre des frappes contre Daech en Syrie ». En revanche, il affirme qu’ « il serait inconséquent et irréaliste » d’envoyer des troupes françaises en Syrie au sol, estimant un départ de Bachar al-Assad du pouvoir indispensable.

Plus de 4 500

C’est le nombre de frappes menées par la coalition internationale depuis août 2014. Deux tiers ont eu lieu en Irak, un tiers environ en Syrie.

54

C’est le nombre de pays prenant par à la coalition anti-djihadistes, que ce soit en participant aux bombardements ou en fournissant une aide financière et logistique.