Les inscriptions sur les listes électorales sont rouvertes jusqu’au 30 septembre. En cause, les dates des régionales qui auront lieu les 6 et 13 décembre, élections les plus tardives depuis la présidentielle de 1965, près d’un an après la fermeture des listes contre quelques mois seulement habituellement. L’objectif de cette réouverture donc : obtenir « un corps électoral plus sincère, à partir de listes plus représentatives » et de faire éventuellement reculer l’abstention qui était de 48 % aux dernières régionales en 2010. Efficacité : limitée.

L’ouverture exceptionnelle des inscriptions pourrait bien devenir la règle. Les députés Elisabeth Pochon (PS) et Jean-Luc Warsmann (LR) proposent en effet dans un rapport paru en décembre 2014, de ne fermer les inscriptions que 45 jours avant l’élection. Selon eux, cela pourrait permettre de lutter contre la non-inscription et les problèmes liés au déménagement des électeurs, ce qui toucherait, selon eux, 3 à 6,5 millions de personnes. Vraiment ?

Le 31 décembre 2014, 44,6 millions de Français étaient inscrits sur les listes électorales. À chaque nouvelle élection, ces listes bougent : certains électeurs sont radiés, d’autres ajoutés.
Parmi ces nouveaux inscrits, il y a les jeunes qui viennent d’avoir 18 ans et qui sont inscrits d’office, il y a ceux qui s’inscrivent pour la première fois et ceux qui se réinscrivent après un moment hors circuit.
Cas particulier, les électeurs qui déménagent et s’inscrivent donc dans une nouvelle commune (713 000 en 2014) sans faire bouger le nombre total d’électeurs. Enfin, en théorie, car certains ne sont pas rayés directement de leur ancienne commune et sont donc comptés deux fois. #2cartesélectorales

675 000 nouveaux inscrits potentiels

La réouverture des listes pourrait permettre l’inscription d’office de 545 000 jeunes majeurs nés entre janvier et septembre 1997 et si on adapte les chiffres de l’an dernier, près de 130 000 nouvelles inscriptions ou réinscriptions volontaires (171 000 sur les 12 mois de 2014) soit au total quelques 675 000 électeurs de plus.

585 000 radiés potentiels

Si les communes profitent de cette réouverture pour faire le tri dans leur liste, 585 000 personnes pourraient être radiées (780 000 en 2014) soit du fait d’une perte du droit de vote, d’un déménagement ou d’un décès.

2 %

En somme, le bilan ne serait que de 90 000 électeurs de plus par rapport à 2014 soit 2 % de plus. On est loin des millions espérés par les députés. Même s’ils vont tous voter, ils n’ont aucune chance de faire exploser le taux de participation, seulement de le faire passer de 52 à 54 %.