Alors que se tient à Francfort le salon de l’automobile, une supercherie éclate chez Volkswagen : un logiciel de trucage pour passer les tests antipollution a été découvert sur les moteurs diesel aux États-Unis. Conséquence : une énorme amende en perspective et une chute de l’action du constructeur allemand à la bourse de Francfort.

11 millions

C’est le nombre de voitures en circulation qui auraient été équipées du logiciel de trucage pour passer les tests antipollution, soit l’équivalent des ventes annuelles du constructeur, n°1 mondial.
Mais ce chiffre pourrait être bien plus élevé puisque d’autres marques du groupe (Skoda, Seat,etc) et d’autres pays pourraient être concernés, comme Volkswagen l’a reconnu :

Des enquêtes internes (avaient) montré que le logiciel en question était aussi présent dans d’autres véhicules diesel du groupe.

Malgré ses « profondes excuses », Martin Winterkorn, PDG depuis 2007 serait sur la sellette. De son côté, Michael Horn, PDG de Volkswagen America, a été clair :

Notre entreprise a été malhonnête (…) et avec mes mots en allemand on dirait qu’on a ‘totalement merdé’.

16 milliards €

C’est l’amende que risque de devoir payer Volkswagen aux États-Unis, soit 8 % de son chiffre d’affaires annuels.

-35 %

Les conséquences sur les marchés boursiers ne se sont pas fait attendre. À la bourse de Francfort, l’action aurait perdu plus d’un tiers de sa valeur en 2 jours soit près de 25 milliards € de capitalisation boursière.