À la suite de la découverte de la planète Kepler 452b, le père jésuite José Funes, directeur de l’observatoire astronomique du Vatican, a confié à l’AFP ses doutes quant à une éventuelle rencontre entre l’Homme et une vie extraterrestre. Retour sur son opinion personnelle et sa vue des choses en quelques déclarations.

Jusqu’à présent, il n’existe aucune preuve de vie et encore moins de vie intelligente [sur Kepler 452b].

Bien que ravi par la nouvelle de la découverte de cette exoplanète, le père José Funes garde les pieds sur Terre et est très attaché aux preuves.

La découverte d’une vie intelligente [ailleurs que sur Terre] ne signifie pas qu’il existe un autre Jésus (…) l’incarnation du fils de Dieu est un évènement unique dans l’histoire de l’humanité, de l’univers.

Si le père jésuite ne réfute pas des hypothèses sur la possibilité d’une vie extraterrestre, il est catégorique sur ce point. De quoi ne pas plaire aux adeptes des théories disant que Jésus était un extraterrestre.

Dans l’hypothèse d’une vie intelligente [ailleurs que sur Terre], je n’y vois pas de contradiction avec la foi chrétienne.

Quand science et religion font bon ménage et ne partent pas chacune de son côté.

Je ne crois pas…Peut-être serai-je contredit demain, mais je ne crois pas que nous arrivions un jour à rencontrer un M. Spock

En privilégiant l’hypothèse la plus simple, le père José Funes fait preuve d’une formidable utilisation du principe du rasoir d’Ockham. Mais au fond, qui sait ? La vérité n’est-elle pas ailleurs ? #chacunsesréférences

Ce que j’ai appris de tout cela, c’est que la recherche d’une autre vie dans l’univers nous aide à nous comprendre mieux, à nous rendre compte de quel est notre rôle dans cet univers, à comprendre ce que signifie la vie, ce que veut dire être intelligent, ce qu’est une civilisation.

Des paroles sages pour le mot de la fin.