The place to be. Baromètres, études et analyses du marché de l’emploi témoignent du rôle croissant des réseaux sociaux pour recruter ou être recruté. Les offres et les candidatures se multiplient via Twitter, LinkedIn ou encore Facebook sans grand succès niveau embauche.

Près d’une entreprise sur dix utilisaient en 2013 les réseaux sociaux pour recruter, selon l’Insee. Mais ces chiffres sont bien en dessous de ceux d’autres études menées en 2014-2015. D’après le cabinet Odoxa, 2 recruteurs sur trois et 4 actifs en recherche d’emploi ou en veille sur 5 utilisent les réseaux sociaux dans leur quête.
Selon une étude de L’Usine Nouvelle, ce serait même plus de 80 % des employeurs qui utiliseraient les réseaux sociaux professionnels (surtout Viadeo et LinkedIn) et 40 % les réseaux sociaux généralistes (Facebook et Twitter). Des chiffres similaires à ceux tirés de l’enquête RegionsJob 2015.

Selon cette dernière étude, les réseaux sociaux seraient de plus en plus mobilisés et seraient le 4ème support utilisé par les recruteurs (53 %), après les sites internet d’offre d’emploi (87 %), le service public (77 %) et les candidatures spontanées (75 %).

Même les réseaux sociaux diffusent des offres d’emploi via leur propre plateforme, sans grand succès. #exempleasuivre

Facebook-recrute-sur-Facebook
Facebook recrute sur Facebook. 17 likes + 2 partages = FAIL.

 

LinkedIn-recrute-sur-LinkedIn
Sur LinkedIn, une centaine de candidatures envoyées en moyenne par offre.

 

Twitter-recrute-sur-Twitter
Envie de travailler chez Twitter ? Apparemment non. Le lien bit.ly a peut-être obtenu beaucoup de clics.

Pourtant l’efficacité de ces nouvelles plateformes d’emploi laisse à désirer. D’après l’Apec (Association pour l’emploi des cadres), seuls 3 % des recrutements de cadres seraient dûs à des candidatures sur les réseaux sociaux. D’après l’étude RegionsJob, seul un poste sur 10 serait pourvu grâce à ces plateformes, un pourcentage proche de celui avancé par l’étude d’OpenSourcing qui indique que 15 % des recruteurs ont embauché via Facebook ou Twitter.

Alors pourquoi toute cette énergie déployée sur les réseaux ? Selon les résultats de RegionsJob, les entreprises les utiliseraient d’abord pour identifier des profils et travailler la communication et l’image de la marque. #chasseurdetêtes #autopromo

Vous pensez être exceptionnel, avoir un profil extraordinaire et intéresser les plus grandes boîtes ? Contentez-vous d’un tweet ou d’un profil LinkedIn.
Vous êtes plus réaliste et moins prétentieux ? Les réseaux sociaux c’est un plus mais il faut être terre-à-terre et multiplier les moyens pour décrocher un job AFK.